mardi 17 juillet 2018

Harry Potter à l'école des sorciers, J.K. Rowling

Harry Potter à l'école des sorciers, J.K. Rowling


Titre : Harry Potter à l'école des sorciers
Titre VO : Harry Potter and the Philosopher's Stone
Auteure : J.K. Rowling
Genre : Fantastique, Jeunesse
Maison d’édition : Gallimard
Date de publication : octobre 2016
Nombre de pages : 336
Note : 4,5/5






Quatrième de couverture :

 « Il va devenir célèbre - une véritable légende vivante -, je ne serais pas étonnée que la date d'aujourd'hui devienne dans l'avenir la fête de Harry Potter. On écrira des livres sur lui. Tous les enfants de notre monde connaîtront son nom ! »
Minerva McGonagall


Mon avis : 

Qui ne connaît pas les aventures du plus célèbre des sorciers ? Je dois avouer que pour ma part, je n’ai pas encore lu l’intégralité de la saga. Du coup, j’ai décidé de recommencer la lecture au premier tome : Harry Potter à l’école des sorciers.

Au début de l’ouvrage, nous découvrons les Dursley, une famille de Moldus – comprenez des personnes tout à fait ordinaires – pas franchement agréable. Ils se voient confier la garde de leur neveu, Harry Potter, dont les parents ont été tués dans des circonstances pour le moins… étranges. Ce garçon a quelque chose de très particulier, mais pour autant, il ne va pas avoir une enfance facile, ayant pour chambre un petit placard sous l’escalier et étant le souffre-douleur de son horrible cousin. Jusqu’au jour où il va être contacté par des personnes hors du commun, et qu’il va apprendre qu’il est le fils de deux grands sorciers, Lily et James Potter, qui ont été assassinés par Lord Voldemort. Cet éminent sorcier qui pratiquait la magie noire n’est pas parvenu à s’en prendre à Harry, et semble avoir depuis disparu. C’est ainsi qu’Harry Potter va faire son entrée à Poudlard.

Nous pénétrons dans cet univers en compagnie de Harry, et découvrons en même temps que lui ce monde dont il ne soupçonnait nullement l’existence. Qu’il soit question du Chemin de Traverse, du Poudlard Express ou de l’école de magie, tout n’est qu’émerveillement. À chaque page tournée, une nouvelle surprise s’offre à notre jeune héros, mais aussi à nous, lecteurs, qu’il s’agisse d’un lieu, d’une créature, ou encore de règles propres à un endroit.

Les protagonistes sont quant à eux tous très travaillés. Qu’il s’agisse des élèves ou des professeurs de Poudlard, J.K. Rowling parvient à les dépeindre en quelques mots, à leur donner des signes distinctifs qui font que l’on ne se perd nullement dans cette galerie de portraits. Bien que tous les personnages soient dignes d’intérêt, j’ai tout particulièrement apprécié Ron Wesley, et Hagrid. Ron m’a amusée, du fait de son caractère bien trempé et sa langue qu’il n’a pas dans sa poche. C’est un ami sincère pour Harry qui joue un rôle important dans ce premier volet. Hagrid, quant à lui, est relativement maladroit aussi bien au niveau de ses paroles que de ses actes. On sent que c’est un individu profondément gentil et bienveillant, qui veut le bien de Harry, mais qui a un aspect encore enfantin malgré tout. Il est vraiment touchant, notamment du fait de son entier dévouement à Albus Dumbledore.

Grâce à sa plume qui nous transporte dans un autre univers en l’espace de quelques lignes et son imagination débordante, J.K. Rowling est à n’en point douter une très grande conteuse. Elle parvient toujours à trouver le mot adéquat à une situation, ce qui rend son ouvrage fluide et nous donne constamment envie d’en savoir davantage. Mais elle se joue aussi de ses héros, et de ses lecteurs, montrant qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Quand on pense que de nombreuses maisons d’édition avaient tout d’abord refusé de publier ce manuscrit… c’est incroyable !

Harry Potter à l’école des sorciers est à n’en point douter un récit qui émerveillera le lecteur, du fait de la magie qui découle de ses pages. Un indispensable dans une bibliothèque !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire