vendredi 27 juillet 2018

Royales, Camille Versi

Royales, Camille Versi


Titre : Royales
Auteure : Camille Versi
Genre : Science-fiction
Maison d’édition : Hachette
Date de publication : mars 2018
Nombre de pages : 420
Note : 4/5





 


Quatrième de couverture :

Margaret est la princesse parfaite, adorée de tous les Anglais. Généreuse, intelligente, polyglotte, cavalière émérite, menant de front des études de littérature, de politique et d’histoire par correspondance…
Son secret ?
Margaret n’existe pas vraiment. Elles sont seize. Seize sœurs.
Seize clones, éduquées à la perfection, créées pour faire rêver un royaume.
Mais les temps ont changé… Sur seize clones, il ne devra rester qu’une princesse.


Mon avis :

Au XXIIe siècle, la reine Victoria II règne sur le Royaume-Uni. Soucieuse que sa famille perdure à la tête de la couronne, il était crucial que la princesse Margareth soit un être hors du commun, ayant des capacités multiples et apte à se faire aimer du peuple qui semble de plus en plus critique concernant la royauté. Pour ce faire, et dans le plus grand secret, Margareth, la princesse originelle a été clonée. Il y a donc désormais seize princesses, qui apparaissent à tour de rôle en public suivant les connaissances requises, et qui devront donner le meilleur d’elles-mêmes, car, à terme, une seule sera sélectionnée par Victoria II pour être la vraie et l’unique future reine du Royaume-Uni…

L’histoire est relatée du point de vue de Margareth-May, à la première personne. Cela permet une immersion totale dans le monde des clones, et de découvrir leurs conditions de vie dans ce bunker d’où elles ne peuvent sortir que partiellement et une par une. De nombreuses normes régissent leur quotidien, et elles sont bien loin d’avoir des existences de princesses, privées de liberté et obligées de respecter le règlement draconien fixé par Victoria II. Puis la compétition et les inimités vont être de plus en plus perceptibles au fur et à mesure que l’on tourne les pages, certains des clones n’hésitant pas à rivaliser de coups bas voire à faire preuve de violence pour en éliminer d’autres. Mais nos princesses ont aussi un cœur, et celui-ci ne répond pas forcément aux attentes des règles en vigueur à la cour. Margareth-May devra ainsi composer avec ce que lui dicte l’étiquette, tout en essayant de ménager au mieux ses sentiments.

Concernant les protagonistes, Camille Versi a fait un travail incroyable, car elle est parvenue à créer seize clones qui ont chacun leur individualité. Elles sont reconnaissables, et proposent un joli panel de personnalités : la timide, l’ambitieuse, l’altruiste, l’opportuniste, la brimée, etc. Je me suis rapidement attachée à Margareth-May, qui tente de protéger ses sœurs quitte à se mettre elle-même en danger. J’ai été émue en assistant à ses échanges avec leur père, qu’elle ne rencontre finalement que peu. Ses prises de position sont intéressantes, et, pour ne rien gâcher, elle est le clone dédié à la littérature. Par ailleurs, j’ai apprécié Margareth-Jane, qui souhaite davantage mener une existence normale, avoir le droit d’être amoureuse comme tout un chacun, et est prête à se rebeller pour cela. D’autres clones, comme Margareth-Gisèle, sont absolument détestables. Le personnage de Victoria II n’est pas en reste : intransigeante, elle semble capable de tout pour voir ses plans se réaliser, et elle a tout prévu pour celle qui sera désignée, aussi bien politiquement que concernant son mariage. Elle excelle dans le maniement des individus, tout en paraissant elle-même dénuée de sentiments, telle une machine.

L’écriture de Camille Versi est très fluide et elle parvient à développer une histoire originale sur plus de quatre cents pages sans jamais perdre l’intérêt du lecteur. Les chapitres relativement courts s’enchaînent et elle nous embarque dans son univers à tel point que quand on repose le livre, on a encore les personnages en tête. À noter qu’il s’agit là de son premier roman. À n’en point douter, Camille Versi en a sous le capot pour nous offrir des ouvrages de grande qualité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire