dimanche 12 août 2018

Les Chroniques de St Mary, tome 1 : « Un monde après l'autre », Jody Taylor

Les Chroniques de St Mary's, tome 1 : « Un monde après l'autre », Jody Taylor


Titre : Les Chroniques de St Mary, tome 1 : « Un monde après l'autre »
Titre VO : The Chronicles of St Mary's, "Just one damned thing after another" Auteure : Judi Taylor
Genre : Science-fiction
Maison d’édition : HC Éditions
Date de publication : février 2018
Nombre de pages : 352
Note : 1/5







Quatrième de couverture :

La jeune historienne Madeleine Maxwell vient de terminer brillamment ses études et s’apprête à passer un entretien à l’institut St Mary. Mais en pénétrant dans l’enceinte de ce centre de recherche historique, « Max » comprend très vite que celui-ci ne ressemble à aucun autre. Derrière la façade très académique de l’institut St Mary, les équipes d’historiens, de techniciens, de chercheurs ont découvert le secret du voyage dans le temps. Ici, les historiens n’étudient pas seulement le passé, ils le visitent… Max découvre alors les possibilités qui s’offrent à elle. De la disparition de Pompéi aux tranchées de la Première Guerre mondiale, du grand incendie de Londres à la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie, la jeune historienne va revivre d’extraordinaires événements. Alors qu’au sein de l’institut naissent des enjeux de pouvoir…


Mon avis : 

Cette quatrième de couverture, où il est question d’historiens qui voyagent dans le temps, avait tout pour me donner envie de me plonger dans ce roman, d’autant que j’avais vu des avis positifs sur Les Chroniques de St Mary. Malheureusement, cette lecture fut pour moi particulièrement laborieuse…

Tout d’abord, nous faisons la connaissance de Madeleine Maxwell, une jeune femme fraîchement diplômée, qui est contactée par un de ses anciens professeurs qui lui propose de passer un entretien à St Mary. Et là, premier couac d’une longue série pour moi : Max (oui, c’est ainsi que notre héroïne est surnommé tout au long du livre) ne paraît pas plus étonnée que cela de découvrir que l’on est capable de voyager dans le temps, et de remonter à l’Antiquité, voire plus loin. Cela m’a semblé vraiment peu crédible. Elle prend ensuite très rapidement ses aises, et j’ai trouvé cela un peu too much. Cela va peut-être de pair avec son caractère, mais ça m’a agacée plus qu’autre chose. De toute façon, je dois avouer que je ne me suis pas attachée au personnage principal – qui est aussi la narratrice de l’histoire – ni aux divers protagonistes mis en scène. Il pouvait bien leur arriver n’importe quoi, ça glissait sur moi… Enfin, il faut ajouter à cela une histoire d’amour tantôt mièvre, tantôt déchirante, sans oublier les passages grotesques, voire affligeants.

Autre souci dans ce livre : la temporalité. (Oui, pour un roman abordant la thématique des voyages dans le temps, c’est un comble !) À un moment, nous apprenons que Max est une recrue de l’institut depuis cinq ans. Et là, quelle ne fut pas ma surprise ! J’aurais estimé qu’il s’était écoulé entre six mois et un an depuis le début de l’intrigue. Du coup, je pense que la narration est assez mal exploitée pour que j’aie eu cette impression. Tout va beaucoup trop vite dans ce roman, on survole les choses plus qu’on ne les approfondit, et lorsque l’auteure s’attarde sur certains points, ils sont pour la plupart du temps dispensables.

La plume de Jodi Taylor est franchement médiocre. J’ignore si c’est un problème de traduction ou d’écriture, mais elle a participé à mon ennui, et m’a même fait pousser quelques soupirs d’exaspération : répétitions à gogo, phrases très hachées et coquilles sont présentes tout au long du texte. Quant aux petits apartés à l’intention du lecteur, ils me faisaient lever les yeux au ciel.

Je me suis endormie deux fois sur ce livre tant il était, à mon sens, dépourvu d’intérêt. J’ai voulu le finir, car je me disais qu’il devait bien y avoir quelque chose d’extraordinaire. Mais non. Néanmoins, je n’exprime ici que mon avis et je comprends et respecte tout à fait les lecteurs qui ont apprécié Les Chroniques de St Mary, mais pour ma part, je suis passée totalement à côté.

J'ai lu ce livre en lecture commune avec Mélissa, et son avis rejoint le mien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire